Publié le 31 Octobre 2010

Rédigé par minique

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2010

Avec la floraison de cet hybride parfumé,

 

hyb.jpg

 

du bulbinella,

 

bulbinella.jpg

 

et du senecio confusus

 

senecio.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2010

 

Deux Zygopetalum en fleurs pour l'instant.

 

 

zygo

 

 

A l'avant des fleurs d'un hybride inconnu. Elles font environ 15 cm de diamètre.

 

zygo1.jpg

 

 

Et à l'arrière, les fleurs beaucoup plus petites ( 7 cm) du Zygopetalum Louisendorf.

 

zygo2.jpg

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #orchidées

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2010

 

Plus connu sous le nom de "chaine de coeurs".

Voilà plusieurs semaine qu'il fleurit à la maison.

 

ceropegia-woodii1.jpg

 

ceropegia-woodii2.jpg


 

Pas bien difficile à cultiver et facile à bouturer : on coupe un morceau de tige au-dessus d'un noeud de feuilles (de préférence avec un tubercule). Ensuite on place la bouture dans un verre d'eau le temps d'avoir quelques racines (1 à 2 semaines), puis on repique dans un substrat bien drainant. Sinon, on peut replanter directement un petit bulbe en l'enfonçant de moitié dans le substrat.

 

ceropegia-woodii.jpg

 


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #plantes d'intérieur

Repost 0

Publié le 19 Octobre 2010

 

Une nouvelle floraison débute.

C'est un Phal. que j'aime beaucoup.
Le bouton floral est jaune quand il grossit, la fleur s'ouvre dans des tons jaune pâle puis s'éclaircit pour devenir blanche avec un parfum... mmm... délicieux.

 

phaltc-chrisna1.jpg

 

phaltc-chrisna.jpg

 

Côté technique, il est issu du croisement entre un Phal. Timothy Christopher et un Phal. Yungho Gelb Canary.

Il a été enregistré par Tzu Chiang Orch. en 2001.

 

Phal. Timothy Christopher = Phal. Cassandra (Phal.equestris x Phal. stuartiana) x Phal. amabilis

Phal. Yungho Gelb Canary = Phal Geblieber (Phal. amboinensis x Phal micholitzii) x Phal. Princess Kaiulani (Phal. violacea x Phal. amboinensis)

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #orchidées

Repost 0

Publié le 19 Octobre 2010

 

Floraison tardive cette année.

Imaginez 1,50 m ainsi (je n'ai pas plus de recul pour prendre la photo) :


hoya-linearis-copie-1.jpg

 

Et oui ça sent bon le soir sur mon palier.

 

hoya linearis1 hoya linearis2

 

hoya-linearis3.jpg


 

  

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #hoyas

Repost 0

Publié le 16 Octobre 2010

 

Cadeau d'Erika : une division de sa plante. Le voici qui fleurit.

 

coelogyne fimbriata

 

Originaire du Népal au Sud de la Chine et à l’Ouest de la Malaisie, la plante est épiphyte ou lithophyte et pousse entre 800 et 1700 m d’altitude (occasionnellement jusque 2300 m).

Sa floraison est parfumée (musc).


coelogyne fimbriata1


En culture, elle demande la serre tempérée chaude, la mi-ombre.
Elle exige une courte période de repos.
On favorise une meilleure croissance quand la plante est cultivée dans de larges paniers peu profonds.

 

Détail du labelle : coelogyne fimbriata2

 

Le voici en compagnie du Coelogyne usitana toujours en fleurs depuis cet été.

Les photos ont été difficiles à prendre : je devais tenir les 2 plantes dans une main et l'APN dans l'autre.

 

coelogyne1 coelogyne

 


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #orchidées

Repost 0

Publié le 16 Octobre 2010

 

Je vous en avais déjà parlé ici. Le voici qui refleurit depuis plusieurs semaines.

La plante pousse très vite. Acquise en 2008, elle ne faisait que 2-3 pseudobulbes. Depuis, j'ai déjà pu donner plusieurs fois des pseudobulbes dont les racines n'adhéraient pas trop à l'écorce.

 

lanium avicula-copie-1

(La plus grande diagonale mesure 40 cm)

 

lanium avicula1 lanium avicula2

 


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #orchidées

Repost 0

Publié le 15 Octobre 2010

 

chene.jpg

 

  

Le grand chêne

 

Il vivait en dehors des chemin forestier,
Ce n'était nullement un arbre de métier,
Il n'avait jamais vu l'ombre d'un bûcheron,
Ce grand chêne fier sur son tronc.

Il eût connu des jours filés d'or et de soie
Sans ses proches voisins, les pires gens qui soient;
Des roseaux mal pensant, pas même des bambous,
S'amusant à le mettre à bout.

Du matin jusqu'au soir ces petit rejetons,
Tout juste cann' à pêch', à peine mirlitons,
Lui tournant tout autour chantaient, in extenso,
L'histoire du chêne et du roseau.

Et, bien qu'il fût en bois, les chênes, c'est courant,
La fable ne le laissait pas indifférent.
Il advint que lassé d'être en butte aux lazzi,
Il se résolue à l'exil.

A grand-peine il sortit ses grands pieds de son trou
Et partit sans se retourner ni peu ni prou.
Mais, moi qui l'ai connu, je sais qu'il souffrit
De quitter l'ingrate patrie

A l'oré' des forêts, le chêne ténébreux
A lié connaissance avec deux amoureux.
"Grand chêne, laisse-nous sur toi graver nos noms...
Le grand chêne n'a pas dit non.

Quand ils eur'nt épuisé leur grand sac de baisers,
Quand, de tant s'embrasser, leurs becs furent usés,
Ils ouïrent alors, en retenant des pleurs,
Le chêne contant ses malheurs.

"Grand chên', viens chez nous, tu trouveras la paix,
Nos roseaux savent vivre et n'ont aucun toupet,
Tu feras dans nos murs un aimable séjour,
Arrosé quatre fois par jour. "

Cela dit, tous les trois se mirent en chemin,
Chaque amoureux tenant une racine en main.
Comme il semblait content ! Comme il semblait heureux
Le chêne entre ses amoureux.

Au pied de leur chaumière ils le firent planter.
Ce fut alors qu'il commença de déchanter
Car, en fait d'arrosage, il n'eut rien que la plui',
Des chiens levant la part' sur lui.

On a pris tous ses glands pour nourrir les cochons,
Avec sa belle écorce on a fait des bouchons,
Chaque fois qu'un arrêt de mort était rendu,
C'est lui qui héritait du pendu.

Puis ces mauvaises gens, vandales accomplis,
Le coupèrent en quatre et s'en firent un lit.
Et l'horrible mégère ayant des tas d'amants,
Il vieillit prématurément.

Un triste jour, enfin, ce couple sans aveu
Le passa par la hache et le mit dans le feu.
Comme du bois de caisse, amère destinée
Il périt dans la cheminée.

Le curé de chez nous, petit saint besogneux,
Doute que sa fumé' s'élève jusqu'à Dieu.
Qu'est-c'qu'il en sait, le bougre, et qui donc lui a dit
Qu'y a pas de chêne en paradis ? (bis)

 

Brassens

 

 
 


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Repost 0

Publié le 15 Octobre 2010

Rédigé par minique

Repost 0