Publié le 29 Février 2012

Deux liens bien utiles :


 

Kew (Jardins botaniques royaux de Kew)

Ces jardins (et serres), créés en 1759, abritent une des plus importantes collection de plantes du monde ainsi que le plus grand herbier du monde.

Ils sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2003.
Ils participent à la base de données « International Plant Names Index » qui fournit une nomenclature vérifiée des végétaux.

 

Pour connaître le nom exact des orchidées botaniques :

 http://www.theplantlist.org/browse/A/Orchidaceae/

 Pour mieux connaître certaines (choisir orchids ou orchidaceae) :

 http://www.kew.org/plants-fungi/species-browser/

 

 

RHS  (Royal Horticultural Society)

Société d’horticulture anglaise fondée en 1804.
Elle est composée de différents comités dont l’Orchid committee créé en 1889.
Elle enregistre les noms de certains groupes de plantes cultivées, dont les orchidées.
Elle édite le bulletin « The Orchid Review » depuis 1893, qui paraît quatre fois par an.

 

Pour trouver le nom d’un hybride ou ceux de ses parents, le nom du producteur qui a enregistré la plante… voici l’accès à sa base de données :

 http://apps.rhs.org.uk/horticulturaldatabase/orchidregister/

 Sur cette page, il y a d’autres liens intéressants (colonne de droite). On peut ainsi découvrir certains articles de leur revue, aller sur le site des plus grandes sociétés d’orchidées…

 

Bonne visite

 


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #orchidées

Repost 0

Publié le 29 Février 2012

Petite bouture de l'année passée qui a bien redémarré.

 

hoya-engleriana.jpg


J'ai cherché quelques compléments d'infos sur cette espèce, les voici :

 

Hoya engleriana     Hosseus (1907)

 

Une des espèces d’Hoyas les plus exigeantes à cultiver.

 

Originaire de l’Inde jusqu’au nord de la Thaïlande où il pousse dans les forêts tropicales des contreforts himalayens.

 

Les pédoncules se développent à l’extrémité des tiges et portent généralement 4 fleurs. Celles-ci ressemblent à celles de l’Hoya lanceolata ssp bella.

Dans son habitat naturel, cet Hoya subit une alternance de saisons sèches et pluvieuses ainsi que des écarts de températures jour-nuit nécessaires pour induire la floraison. Cet épiphyte pousse en situation ombragée par le feuillage des arbres aux heures les plus chaudes et en recevant parfois un peu de soleil direct dans la matinée et en fin de journée.

 

On le cultive de préférence en serre tempérée froide (10 à 25°c) mais on peut essayer de l’acclimater à la serre tempérée chaude (15 à 35°c).

Il demande une luminosité moyenne avec soleil direct tôt le matin ou en fin d’après-midi.

Il lui faut un substrat bien drainant. Ce substrat doit rester légèrement humide sans être détrempé. Toute période pendant laquelle le substrat est maintenu constamment mouillé semble conduire inévitablement à la perte des racines et la disparition de la plante.

Cet Hoya semble ne pas avoir la capacité de grimper et préfère être cultivé en suspension dans un pot de petite taille (max 15 cm).

 

Cette espèce montre une sensibilité marquée aux tétranyques (araignées rouges) ainsi qu’aux cochenilles.
La pourriture des racines peut aussi être un problème pour cette plante, ce qui suggère un faible niveau de résistance aux infections fongiques à partir du substrat, alors même que les tiges et les feuilles de cette espèce sont rarement atteintes par la moisissure ou des taches noires.

 

Le bouturage nécessite une forte hygrométrie.

 

hoya-engleriana1.jpg hoya-engleriana2.jpg

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #hoyas

Repost 0

Publié le 22 Février 2012

En voilà un qui n'a pas attendu l'arrivée du printemps pour démarrer une nouvelle floraison.

 

gracilis0.jpg

 

gracilis2.jpg

 

gracilis.jpg


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #hoyas

Repost 0

Publié le 20 Février 2012

daphnee.jpg

 

Daphne odorata 'Aureomarginata'

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #jardin

Repost 0

Publié le 20 Février 2012

Cette fois-ci elle est réalisée au crochet.

 

echarpe2.jpg

 

Je l'ai fait bien, bien longue : Elisabeth la tourne deux fois autour du cou.

 

echarpe-crochet.jpg

 

Le point est tout simple avec une succession de brides et de mailles en l'air.

 

echarpe1.jpg

 


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #mes p'tites mains ont fait...

Repost 0

Publié le 16 Février 2012

Les Cattleya démarrent tôt cette année.

Le premier sera le Cattlianthe rojo.

 

cattlianthes-rojo.jpg

 


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #orchidées

Repost 0

Publié le 14 Février 2012

On l'appelle encore rat taupier ou familièrement "quatre dents".

 

campagnol1.jpg

 

Il occasionne beaucoup de dégâts au jardin en creusant des galeries (avec ses dents alors que la taupe les creuse avec ses pattes) et en rongeant les racines des végétaux. Dans mon jardin précédent, j'ai même eu plusieurs pruniers tombés au sol, leurs racines complètement rongées. Parfois c'est aussi les rosiers qui en font les frais. Sans compter leur gourmandise au niveau des légumes.

 

Ce rongeur véhicule de nombreuses maladies parasitaires, bactériennes ou virales. Dans ma région, le virus de Hantaan qui donne des fièvres hémorragiques est endémique.
Heureusement, il a quelques prédateurs : les rapaces, les renards, les belettes et... les chats.

 

On peut différencier ses galeries de celles des taupes car elles débouchent de biais à l'air libre tandis que celles des taupes débouchent verticalement. Les monticules qui accompagnent les galeries sont également moins réguliers que ceux de la taupe.

 

campagnol_modifie-1.jpg


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0

Publié le 13 Février 2012

phal-wilsonii1.jpg

 

Et oui, mon petit Phalaenopsis wilsonii m'offre une fleur.

 

C'est une plante épiphyte ou lithophyte, originaire des forêts de montagnes de Chine (Yunnan, Szechuan) et de l'Est du Tibet où elle pousse entre 800 et 2200 m d'altitude.

Les feuilles sont caduques, très réduites et absentes lors de la floraison dans son milieu naturel et parfois en culture. Ses racines ont une importante fonction chlorophyllienne.

La floraison est printanière. Les fleurs sont peu nombreuses (de 1 à 3). Elles ont un parfum de fleur d'oranger.

Je le cultive en serre tempérée (autrement dit ma cuisine), monté sur plaque, avec une bonne hygrométrie (il est accroché sur mon mur où la sphaigne est régulièrement humidifiée) et une luminosité moyenne (exposition Nord-Est à 1 m de la fenêtre).

 

phal wilsonii


Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #orchidées

Repost 0

Publié le 10 Février 2012

Voici une plante à la bien jolie floraison. Je l'ai reçue en cadeau de Jani l'année passée mais à ce moment là, elle portait encore le nom de Chirita.

La voici à coté de mon autre Chirita (Chirita keiko) bien plus imposante.
(Jani je ne t'ai pas oubliée, j'attends que la vague de froid soit passée pour t'en envoyer un petit bout).

 

chirita.jpg

 

La première fleur s'est ouverte cette semaine.


chirita1.jpg

 

Et une autre devrait suivre.

 

chirita2.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #plantes d'intérieur, #Gesneriaceae

Repost 0

Publié le 8 Février 2012

Il avait déjà fleuri une première fois cet automne mais, comme il lui arrive parfois, il m'offre une deuxième floraison.

Je n'ai pas assez de recul pour vous montrer toute la plante. En voici une partie :

 

hoya linearis

 

De plus près :

 

hoya-linearis1.jpg

 

Et puis, commence la gymnastique quand on s'approche encore... :O)

 

hoya-linearis3.jpg

 

 

Bonne soirée à tous !

 

hoya-linearis2.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #hoyas

Repost 0