Articles avec #le petit monde du jardin tag

Publié le 8 Juin 2017

Céphale

Coenonympha arcania

L’espèce est menacée en Wallonie : stable en Fagne-Famenne-Calestienne mais il décline en Ardenne et en Lorraine.

Comme il se pose presque toujours avec les ailes refermées, on le reconnait grâce au-dessous de l’aile postérieure qui est roux avec une large bande blanche bordées d’ocelles à anneaux noir et jaune et noyau blanc. Le revers de l’aile antérieure est orangé avec un petit ocelle noir pupillé de blanc cerné de jaune orangé à l'apex
Le dessus des ailes est de couleur orangée, bordé de marron clair pour les antérieures et est de teinte marron clair pour les postérieures,

On le retrouve dans les pelouses sèches et les prés humides buissonnants, en bordure de forêt,etc. 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0

Publié le 21 Novembre 2014

Ouette d'Egypte - Alopochen aegyptiacus

Cet oiseau était considéré comme sacré dans l'Egypte ancienne.
C'est la seule espèce du genre à ne pas être éteinte.
C'est un oiseau principalement sédentaire qui est originaire de toute l'Afrique subsaharienne, de la vallée du Nil jusqu'au barrage d'Assouan et du Sud de la Palestine. On le trouve à peu près sur tous les plans d'eau.
Il vit en couple ou en petits groupes
Il a été introduit en Angleterre, aux Pays-Bas et en Allemagne. Des oiseaux issus de ces populations sont observés en France et en Belgique (où on l'a observé pour la première fois en 1984). Il fait maintenant partie de la liste noire des espèces invasives en Belgique et dans certaines régions de France.

Ouette d'Egypte - Alopochen aegyptiacus

Il n'y a pas de dimorphisme sexuel bien que le mâle soit légèrement plus grand que la femelle.
Il ressemble à une petite oie avec la poitrine ocre, le dos brun foncé, le ventre brun gris et du blanc et du roux sur les ailes. Sa tête est gris-clair avec une tache sombre autour des yeux. Il a de longues pattes roses.

Ouette d'Egypte - Alopochen aegyptiacus

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0

Publié le 29 Septembre 2014

Voici plusieurs semaines qu'elles sont revenues dans les pâtures environnantes.

Grandes aigrettes

La grande aigrette (Ardea alba) est le plus grand de tous les "hérons" présents en Europe.

L'espèce est protégée car elle a failli disparaître suite à la régression de son habitat (zones humides boisées près de grandes étendues d'eau) et surtout suite à la chasse pour ses longues plumes nuptiales (aigrettes) utilisées pour décorer les chapeaux des dames de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle.

Grandes aigrettes

C'est une espèce partiellement migratrice en Europe. On la retrouve sur tous les continents

Grandes aigrettes

Cette année, il y en a énormément dans les prés. C'est un vrai plaisir que de pouvoir observer ce bel oiseau.

Grandes aigrettes

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0

Publié le 26 Juillet 2014

Bien plus connu sous le nom de Tabac d'Espagne.

Voilà un grand papillon (de 65 à 80 mm d'envergure) qui vole en une seule génération de mai à août dans les prairies de forêts et autres clairières. Il apprécie les fleurs de chardon et autres composées.

La femelle pond ses oeufs à proximité des violettes.

Les mâles sont d'un bel orange brillant avec des taches sombres et des dessins en bandes. Des écailles odorantes renflent 4 des nervures des ailes (ces stries sont absentes chez la femelle).

Les femelles sont plus pâles, jaunâtres ou vert-gris.

Mâle

Mâle

Argynnis paphia

Le revers des ailes antérieures est identique, celui des postérieurs est caractérisé par une bande argentée et des taches marginales.

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0

Publié le 21 Juillet 2014

Ou plus simplement : bombyx du chêne.
Il est connu aussi sous le nom de minime à bandes jaunes.

Lasiocampa quercus
Lasiocampa quercus

Les photos sont celle d'un mâle.
La femelle est moins brune et a un corps plus épais.

Lasiocampa quercus

C'est une espèce largement répandue dans les bois et les friches d'Europe. Il a de nombreuses plantes hôtes (fruitiers, forêts (dont celles de chênes), arbustes).

Il vole de juin à septembre en une seule génération.

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0

Publié le 20 Juillet 2014

Encore une belle rencontre au jardin. Il s'agit de la chenille du sphinx de l'épilobe. Cette espèce est protégée. Elle est plutôt méditerranéenne mais on peut parfois (il est considéré comme rare) le croiser dans nos régions. C'est un papillon migrateur aux moeurs crépusculaires. Il visite les fleurs à la façon d'un colibri. Ces plantes hôtes sont principalement les épilobes mais aussi les oenothères, les fuchsias, la lysimaque pourpre. Toutes des plantes que j'ai au jardin !

Proserpinus proserpina

Je n'ai jamais vu l'imago mais avec cette chenille j'espère avoir un jour la chance de le découvrir.

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0

Publié le 19 Juillet 2014

Voici un très joli syrphe surpris sur une fleur de berce au jardin.

Chrysotoxum bicinctum

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0

Publié le 29 Septembre 2013

Voici un joli petit (20à 30 mm) papillon, hôte de mon jardin.

Il vole en 2 ou 3 générations entre mai et octobre dans nos contrées, voire plus dans le Sud de l'Europe et l'Afrique du Nord.

Lycaena phlaes - Cuivré commun

Il a les ailes antérieures de couleur orange cuivré avec une bordure brunâtre et des ailes postérieures brunes avec une bande orange cuivré.

Il apprécie les friches. On le trouve dans les prairies, les clairières d'Europe, d'Afrique du Nord, d'Asie et dans le NE américain.

Ses plantes hôtes sont l'oseille, la renouée et la patience.

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0

Publié le 23 Août 2013

Tettigonia viridissima - grande sauterelle verte

Voici une belle qui a fortement régressé dans nos régions suite à l'agriculture intensive.

C'est une espèce peu exigeante quant aux milieux de vie. On la trouve dans les champs, au bord des chemins ensoleillés, dans les friches, dans les buissons, dans les jardins...

Le soir, le mâle stridule en frottant les ailes l'une sur l'autre afin d'attirer l'attention de la femelle.

L'insecte est le plus souvent vert à l'exception d'une bande couleur rouille sur le milieu du dos, depuis la tête jusqu'à l'apex des ailes.

Tettigonia viridissima - grande sauterelle verte

Elle a de très fines et très longues antennes ainsi que des ailes dépassant le corps.

La femelle est reconnaissable grâce a un organe qui prolonge l'abdomen (tarière ou ovipositeur) qui lui permet de pondre ses oeufs dans le sol. C'est cet organe qui l'a fait surnommer sauterelle "à sabre".

Tettigonia viridissima - grande sauterelle verte
Tettigonia viridissima - grande sauterelle verte

Cette sauterelle est carnassière. Elle dévore larves et insectes et est donc très utile au jardin.

Il faut éviter de la prendre car même si elle n'est pas agressive, elle peut mordre douloureusement.

Sur la photo ci-dessous, son tympan est bien visible : on peut voir une étroite fente sur le tibia antérieur.

Tettigonia viridissima - grande sauterelle verte

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0

Publié le 26 Mai 2013

Petite rencontre hier en allant dans les bois.

Orvet commun

Enfin , pour "petit", il mesurait une quarantaine de cm.

Il s'agit d'un orvet commun ou orvet fragile (anguis fragilis).

Il fréquente une grande variabilité d'habitats : prairies à végétations hautes, bois, parties ombragées du jardin... bref, partout où il dispose de nombreuses cachettes.

Il s'agit d'un lézard apode (sans pattes).
Le mâle atteint 30-40 cm, exceptionnelemnt 50 cm.
La femelle mesure 50 cm.

Il a un petit museau conique et arrondi. L'extrémité de sa queue est aussi un peu arrondie. Son corps est lisse et brillant. Sa couleur est variable suivant l'âge, le sexe et les variations géographiques.

Il se distingue des serpents par le fait qu'il présente une paupière mobile (il peut cligner des yeux) alors que les serpents ont une paupière fixe transparente qui protège les yeux.

C'est un carnivore ; il consomme des limaces et des vers de terre.

Il passe la plus part du temps sous terre. On dit qu'il est semi-fouisseur.

Enfin, il hiberne l'hiver et souvent plusieurs ensemble.

Orvet commun

Voir les commentaires

Rédigé par minique

Publié dans #le petit monde du jardin

Repost 0